23/09/2015

Orange, Tome 2 - Ichigo Takano

Titre VO : Orenji, #02
Titre VF : Orange, #02
Auteur : Ichigo Takano
Edtieur : Akata
1ère Edition : 2012 (VO) - 2014 (VF)
Genre : Shôjo
Pages : 205



Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - Tome 5.
Série Complète en 5 Tomes.

ADAPTATION - Anime : Orenji (13 Ep. 2016).
ADAPTATION - Film : Orange (2015).


Naho ne peut se résoudre à imaginer un futur dans lequel Kakeru ne serait plus de ce monde. Aussi, la jeune lycéenne réussit à prendre sur elle, et à suivre les recommandations inscrites sur la lettre qu'elle a reçue. Pourtant, un jour, elle réalise que les événements commencent déjà à différer de ceux qui lui avait été prédit. Et si l'avenir était en train de changer ?


Retour dans l'univers d'Orange où l'on retrouve la jeune Naho qui tente de sauver son ami Kakeru grâce à la lettre de son moi du futur.

Ce second opus prend place de suite après la fin du précédent comme si aucune coupure ne s'était faite. On y retrouve Naho ainsi que sa bande d'ami au grand complet. Ce second opus va principalement se situer dans l'époque lycéenne avec de temps à autre une touche de futur par-ci par là. Futur qui doit à tout casser représenté 5 pages grand maximum sur l'ensemble de ce tome.
On suit la petite bande au gré de leur vie de lycéens avec les premières romances de certains, les mises à plats des sentiments de tout le monde sans oublier bien sûr ceux qui essaient de pousser les uns et les autres ensemble. On se pose dans une ambiance un peu plus légère dans cet opus puisque les relations amoureuses vont prendre de plus en plus leur essor mais pas forcément au détriment du fil rouge de la série : celui de sauver Kakeru de son sombre futur. J'ai beaucoup souris dans cet opus grâce à ces petites histoires de lycéens qui vont nous proposer pas mal de situations comiques mais également très douce.
Naho ne perd pas de vu son objectif et nous découvrons avec elle les consignes de la lettre qu'elle a reçu afin de modifier le passé dans le bon sens. J'ai tout particulièrement apprécié le fait qu'elle ai eu l'idée d'aller jeter un œil sur l'ultime date de cette lettre où la Naho du futur nous parle de ce qui est arrivé à Kakeru. J'avoue qu'à la place de Naho c'est ce que j'aurais fait d'entré de jeu.
L'auteur nous propose également une scène scolaire où l'un des professeurs va parler des voyages dans le temps à sa classe. Une méthode que l'auteur met à profit pour nous présenté différentes théories sur ces voyages. Théories plausibles l'une comme l'autre et qui va nous poser la question de savoir laquelle s'applique à nos personnages. Un raisonnement que notre héroïne fera par ailleurs avant de se décidé pour l'une de ses théorie, mais est-ce pour autant la bonne ?

On retrouve avec grand plaisir notre bande de 6 personnages dont on va suivre les aventures. Peu de changement en leur sein si ce n'est le petite triangle amoureux concernant Naho, Suwa et Kakeru. Cependant, les personnages arriveront à faire pencher la balance dans un sens, reste à voir comment va évoluer la suite.
On va en apprend un peu plus sur Kakeru durant cet opus. D'une par, nous allons découvrir un peu mieux les circonstances de sa mort. Peu de surprises de ce côté-là dans la mesure où c'était quelque chose de couru d'avance. Reste à voir si ses camarades vont arriver à leur fin et à empêcher ce geste. De plus, le jeune homme arrive à se livrer peu à peu notre notre héroïne concernant la mort de sa mère et du sentiment de culpabilité qui le ronge depuis lors.

Niveau graphique, on reste dans la même veine avec des personnages très expressifs et assez typé façon shôjo. Le seul regret que j'ai à formulé et que par moment, j'ai eu un peu de mal à faire la distinction entre présent et futur dans la mesure où les visages des protagonistes principaux n'ont que très peu (voire pas du tôt) changé entre les deux époques.


Une suite un tantinet plus légère qui va se concentrer sur les amourettes de lycée tout en nous permettant de mieux cerner Kakeru, le personnage clé de cette histoire. Un style graphique toujours aussi agréable.

17/09/2015

L'Île de l'Oubli (Descendants, Tome 1) - Melissa de la Cruz

Titre VO : The Isle of the Lost (Descendants, #01)
Titre VF : L'Île de l'Oubli (Descendants, #01)
1ère Edition : 2015 (VO) - 2015 (VF)
Genre : Fantasy, Jeunesse
Pages : 304


1. L'Île de l'Oubli || 2. Return to the Isle of the Lost.
Série en cours.

ADAPTATION - Téléfilm : Descendants (2015).
SPIN-OFF : Descendants - le Roman du Film.


Il y a vingt ans, tous les Méchants de tous les contes de fée ont été bannis du royaume d’Auradon et réduits à vivre dans une prison sur une île. Et quand on parle de Méchants, c’est vraiment de la crème de la crème de la méchanceté : Cruella d'Enfer, Maléfique, la Méchante Reine, Jafar et compagnie… Cette île est protégée par une force magique qui maintient les prisonniers et leurs enfants en captivité. La vie y est sinistre et monotone. C’est un endroit sale, qu’on laisse pourrir, oublié du reste du monde… Cependant, dans les profondeurs de la mystérieuse Forteresse Interdite, un œil de Dragon est caché. Il est la clé de leur liberté. Or, seul le Descendant le plus intelligent, le plus mauvais et le plus diabolique pourra le trouver… à moins qu’il s’agisse d’une Descendante ?
Note >> Ce roman est un préquel au téléfilm.


Plusieurs mois en arrière, Disney Channel annonçait la naissance d'un téléfilm consacré aux enfants des personnages des contes Disney avec lesquels la majorité d'entre nous a grandit, et plus particulièrement les enfants des plus grands méchants. Melissa de la Cruz nous livre ici une histoire faisant office de préquel au film tant attendu par les fans comme les curieux. Aussi, quand l'une de mes collègues m'a proposé de me prêté ce titre, je n'ai pas hésité une seule seconde.

L'histoire va se concentrer sur quatre des Descendants : Carlos le fils de Cruella, Jay le fils de Jafar, Mal la fille de Maléfique et Evie la fille de la Méchante Reine. C'est Mal qui va faire officie de personnage principal dans cet opus qui nous présentera le monde d'Auradon mais aussi et surtout l'Île de l'Oubli au sein de laquelle sont regroupés l'ensemble des 'méchants' ainsi que leur progéniture. Mal est celle qui a la plus noire réputation, du fait qu'elle est la fille de sa mère la leader autoproclamée des méchants. Entre les piques et mauvais tours qu'elle joue à tous, elle va se voir confiée une mission de grande envergure par sa mère, une mission qui pourrait changer leur vie à tous.

J'ai apprécie ce roman qui m'a permit de retrouver plus ou moins des personnages avec lesquels j'ai grandis et que j'ai beaucoup aimé. Rencontrer les enfants de ces personnages est un point assez positif, même si ça n'a pas été sans questions qui me trottaient dans ma tête, la plus grande étant qui est l'autre parent de l'enfant en question. Une question somme toute assez bête quand on y pense, mais qui est resté dans ma tête durant toute ma lecture, pas au point de la gêner ceci dit. Après, le titre s'adresse principalement à un public assez jeune, de ce fait je pense que c'est la raison pour laquelle l'auteur n'a pas voulu s'étendre sur ce point (hormis pour 2-3 protagonistes).
L'intrigue est globalement assez sympathique et peux se découper en 2 axes : tout d'abord la présentation des personnages principaux et du monde dans lequel ils vivent, avant de se pencher sur la fameuse quête lancée par Maléfique à sa fille. Une construction assez simple en somme, mais qui colle plutôt bien au roman et qui donne envie d'en savoir plus. Je ne vous cache pas qu'une fois ma lecture de ce roman fini, j'ai jeté mon dévolu sur le téléfilm (bien qu'après coup mon engouement soit un peu retombé...). L'intrigue est bien mené et j'ai été assez curieuse de voir notre petit quatuor mené cette fameuse quête afin de retrouver l'un des artefact magique les plus puissant qui soient avant de se retrouver confrontés à des épreuves en lien avec l'identité de leur méchant parent.
L'univers reste également assez simple dans la mesure où l'on va évoluer dans le monde des contes de fées, alors que pour autant la magie a disparu. Les gentils et les méchants sont chacun regroupés dans un coin de cet univers et mène une vie sans aucune interaction avec l'autre groupe. L'ensemble des princes et princesses ont regroupés leurs royaumes afin de n'en former qu'un seul et univers sous l'égide de La Belle et la Bête, pourquoi eux ? Euh... parce que c'est comme ça. Là encore, je déplore un peu le manque d'explications de certains points, donnant au récit un manque de cohérence, ce qui est selon moi le plus gros défaut du titre, mais sans pour autant là encore que le plaisir de la lecture ne soit gâché par ces manques, après tout ce ne sont que des détails.

Concernant les personnages, l'accent est mis sur les 'enfants de' qui vont être les héros de cette série : 
- Mal, la fille de Maléfique, est en tout point mauvaise comme sa mère bien que ce ne soit pas forcément assez au gout de cette dernière. La seule chose que souhaite la jeune fille est que cette dernière la considère autrement que comme une bonne à rien indigne de suivre ses traces. Néanmoins, on accordera à Mal une certaine ingéniosité dans les plans qu'elle met en oeuvre pour tourmenter ses victimes.
- Evie, la file de la Méchante Reine, a toujours vécue recluse dans son pseudo-château à cause d'une histoire d'invitation d'anniversaire. La demoiselle a toujours vécu dans le culte de l'image et de son rang, ce qui se voit dans son comportement. Elle fera office de souffre-douleur pour Mal durant une bonne partie du roman (pour ne pas dire presque la totalité de celui-ci) avant que les deux jeunes filles ne deviennent finalement amie... ou du moins quelque chose qui s'en approche.
- Jay, le fils de Jafar, est LE voleur le plus connu de l'Île, ce dont il ne se cache pas. Grâce à ses larcins il fourni le stock de la boutique de son père. Il s'entend plutôt bien avec Mal et voit en sa quête un moyen de remettre son père sur son piédestal.
- Carlos, le fils de Cruella, est l'esclave de cette dernière. Au sens propre du terme. En effet, sa mère le place loin derrière ses fourrures dans la listes des choses à laquelle elle tient. Néanmoins, c'est un garçon plutôt sympathique et très intelligent. Ce sera d'ailleurs l'inventeur de la petite bande.
- Ben, le fils de La Belle et la Bête, il sera le seul descendant du côté des gentils que nous allons suivre. Il est le prochain Roi d'Auradon et fait tout pour se montrer digne de son rang et de prouver à son père qu'il pourra lui succéder.
Bien sûr, ce ne sont pas les seuls descendants que nos allons rencontrer tout au long du livre, mais les autres restent plus secondaires voire tertiaire pour certains. Néanmoins, je dois avouer avoir souri à de nombreuses reprises lorsque certains étaient mentionnés.
Les parents ne seront pas en reste dans ce roman même si ils auront des rôles secondaires également. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce que certains d'entre eux sont devenus après la fin de leur histoire, se reconstruisant comme ils le peuvent tout en gardant à l'esprit l'idée qu'un jour ils retrouveront leur gloire passée.

Enfin, le style d'écriture de l'auteur est, à l'image du roman, simple et fluide. On sent le côté jeunesse du titre de par cette simplicité et ce manque de petits détails par-ci par-là. Le récit se concentre davantage sur l'action et les dialogues au détriment de l'environnement en lui-même, pourtant riche en potentiel. Néanmoins, le roman se laisse plutôt bien lire et l'on est curieux de découvrir jusqu'où nos héros vont aller.


Un roman assez simple de manière générale mais qui nous propose une intrigue bien construite, un univers intéressant et des personnages auxquels on s'attache malgré des petits détails qui peuvent chiffonné. Un style d'écriture simple qui vise ouvertement un public assez jeune.

09/09/2015

Daisy Lycéennes à Fukushima, Tome 1 - Reiko Momochi

Titre VO : Daisy - 3.11 Joshikouseitachi no Sentaku, #01
Titre VF : Daisy Lycéennes à Fukushima, #01
Auteur : Reiko Momochi
Editeur : Akata
1ère Edition : 2012 (VO) - 2014 (VF)
Genre : Shôjo
Pages : 192


Tome 1 - Tome 2.
Série Complète en 2 Tomes.


Depuis le terrible tsunami qui a frappé Fukushima, Fumi n'ose plus sortir de chez elle. Trop inquiète pour sa santé, à cause des éventuelles radiations émises par la centrale. Pourtant, en dernière année de lycée, il faudra bien qu'elle se décide à retourner en cours. Mais est-il seulement possible de recommencer à vivre et de faire comme si de rien n'était, quand même une simple pluie représente la menace d'une contamination radioactive ? Heureusement, elle pourra compter sur Moé, Ayaka et Mayu, ses trois meilleures amies. Ensemble, elles comptent bien profiter de la vie, et surtout sortir toutes diplômées du lycée ! Elles décident alors de créer un groupe de musique, Daisy, pour se redonner du courage. Mais très vite, la réalité les rattrape et...
Est-il possible de construire leur avenir sur cette terre polluée qu'est-devenue Fukushima ? En tant que filles, en tant que femmes, en tant que futures mères... Tandis que le reste de la jeunesse japonaise et du monde a le droit de profiter de sa vie dans l’insouciance, tandis que le monde entier a oublié le drame qui s'est abattu sur Fukushima et que ses habitants tombent dans l'oubli, quel avenir s'offre à ces adolescentes, à l'aube de leur vie d'adulte ?


Daisy est un shôjo que je m'étais procuré lors de sa sortie de part son résumé intriguant mais surtout par une certaine curiosité envers la thématique qu'est la catastrophe nucléaire de Fukushima de 2011 qui a ébranler le Japon. L'auteur a pris le temps de recueillir de nombreux témoignage sur place avant de nous offrir ce diptyque consacré à un groupe de lycéennes qui tentent de refaire leur vie après avoir vu tout s'écrouler autour d'elles.

Un an après la catastrophe, Fumi trouve enfin le courage de sortir de chez elle afin de redevenir la lycéenne qu'elle était avant que tout ne commence. Elle retrouve avec joie ses amies déjà revenues à la vie 'normale' elles aussi. Elles décident alors de reformer leur groupe de musique d'autrefois : Daisy, tout en continuant de vivre leur vie comme si rien ne s'était produit. Oui, mais voila que la réalité va bien vite les rattraper et elles vont découvrir avec horreur que tout ce qui a trait au village est vu de manière plus que négative à l'extérieur de celui-ci.

Daisy a beaucoup être à l'origine un shôjo, il n'en est pas moins différent de tout ce que j'ai pu lire jusqu'à présent. Ici, on a beau se trouver dans un contexte de lycée assez classique, l'histoire ne l'est en rien. Point n'est question d'amourettes et autres comédies ici. Notre groupe d'héroïne va se retrouver confronté à une réalité plus que dure : le petit ami tokyoïte de l'une d'elle la largue parce qu'elle est originaire de Fukushima, l'exploitation familiale d'une autre fait faillite à cause de la méfiance des investisseurs, une troisième a une peur panique qu'une nouvelle catastrophe s'abatte à nouveau sur son petit monde... Tant d'éléments assez sombre, mais mené avec justesse par l'auteur sans pour autant tombé dans du trop dramatique ou larmoyant. Le lecteur se retrouve alors projeté auprès de ces héroïnes pleines de réalisme qui tente de conserver une vie simple sans se soucier de la catastrophe. Chose qui ne sera pas évidente quand tout vous la renvoi à la figure. On sent ainsi que l'auteur a bien étudié son sujet et la précision des témoignage qu'elle a reçu sont parfaitement ressenti avec ce premier tome. Les comportement de tout les acteurs sont tout a fait plausibles et pour le coup nous permet de nous immerge encore mieux dans l'histoire à mesure que l'on avance.

Le quatuor d'héroïne qui nous est proposé ici est plutôt sympathique. De ce côté-là, on retrouve des héroïnes de shôjo un peu plus classique, du moins c'est la sensation que j'ai eu lors de ma lecture. Les demoiselles que nous allons suivre sont bien différentes les unes des autres, mais elles sont complémentaires et surtout très solidaire. Leur amitié sera un des pivots de cette histoire. Il faut dire que c'est un peu ce qu'il reste à décident de ne pas quitter la ville.
Si elles font mine d'être forte quels que soient les événements qui leur tombent dessus, les jeunes filles n'en reste pas moins de simples adolescentes avec tout ce qui va avec : des questionnements sur leur avenir, d'une certaine façon elles essaient de conserver leur vie quotidienne comme si de rien n 'était, les relations amoureuses qui deviennent complexes... A mesure que des rebondissements vont survenir, elles vont également nous montrer leurs fragilités, ce qui les rendra très humaines et permettra au lecteur de s'identifié à ses héroïnes.

Enfin, les graphismes de ce titre sont plutôt jolies. Le seul reproche que je lui ai fait au départ est que certains personnages se ressemblent un peu trop et qu'il m'est arrivé de les confondre durant une bonne pognée de pages. Néanmoins, les émotions et ressentis des personnages sont retranscrit d'une manière parfaite, ce qui est plutôt important avec un titre tel que celui-ci. On notera également un manque de décor durant un certain nombre de moment. En soi, ça ne m'a pas gâché la lecture mais j'ai trouvé ça plutôt dommage.


Un shôjo aux thématiques fortes mené d'une manière parfaite tant au niveau de l'intrigue que des personnages. Une histoire riche en émotions raconté d'une manière plus que réaliste.

08/09/2015

Traquée (La Maison de la Nuit, Tome 5) - P. C. Cast & Kristin Cast

Titre VO : Hunted (A House of Night Novel, #05)
Titre VF : Traquée (La Maison de la Nuit, #05)
Auteur : PC Cast & Kristin Cast
Éditeur : Pocket Jeunesse
1ère Edition : 2009 (VO) - 2011 (VF)
Genre : Bit-Lit, Jeunesse
Pages : 384


1. Marquée || 2. Trahie || 3. Choisie || 4. Rebelle || 5. Traquée || 6. Tentée || 7. Brûlée || 8. Libérée || 9. Destinée || 10. Cachée || 11. Révélée || 12. Sauvée.
Nouvelles : Le Serment de Lenobia || La Promesse de Dragon || La Malédiction de Neferet || La Chute de Kalona.
Série complète en 12 Tomes + 4 Nouvelles.


Zoey n'est plus seule. Les plans de Neferet pour la séparer de ses amis ont échoué.Tous se cachent désormais dans les souterrains avec les novices rouges. Mais un dangereux allié s'est rangé aux côtés de la grande prêtresse : Kalona, l'ange déchu, beau comme un dieu, aussi rusé que le diable. La Maison de la Nuit tout entière est envoûtée par son redoutable charisme,et personne ne semble se douter de la menace qu'il représente. Plus que jamais Zoey doit apprendre à déceler le mal ? ou le bien ? qui se cache au plus profond de chacun...
Entrez dans la Maison de la Nuit à vos risques et périls.


Menacée par Kalona et Neferet, Zoey se retrouve hors de la Maison de la Nuit en compagnie de ses amis et des vampires rouges qui se révèlent être des alliés. Notre héroïne se retrouve piégé et menacée par ses ennemis qui ne souhaitent qu'une seule chose : ramener la jeune fille dans l'école afin qu'elle serve leurs noirs desseins.

Cela faisait un peu plus de 3 ans que je n'avais pas ouvert un titre de la Maison de la Nuit, aussi ai-je eu un peu de mal durant une poignée de pages à me remettre dans cet univers. A vrai dire, je n'avais qu'un vague souvenir de ce qu'il se passait dans l'opus précédent. Ce qui m'embêtait un peu, mais en insistant un peu j'ai eu la joie de découvrir que les auteurs disséminaient quelques rappels aux événements précédent par-ci par-là et du coup, j'ai été beaucoup moins perdue.

L'intrigue va donc suivre Zoey, en fuite, qui tente d'échapper à ses ennemis accompagnée de ses amis qu'elle connait depuis son entrée dans l'école de vampires. Lorsque notre héroïne va se faire attaquer et que la petite bande se trouvera à cour de solution afin de lui sauvé la mise, il ne leur restera d'autre choix que de regagner l'école. Une école sur laquelle les ennemis de Zoey ont la main mise et ça se sent. Les quelques élèves que l'on y voit m'ont donné ml'impression d'avoir été endoctriné afin de faciliter le travail de Neferet et Kalona. Un duo de personnage d'ailleurs qui va nous exposer ses plans pour l'avenir et je dois reconnaître que ça m'intrigue énormément pour la suite de la série, surtout quand je vois le nombre de tomes qu'il me reste. Nos héros vont plutôt pas mal bouger durant cet opus entre leur cachette sous la gare ferroviaire, leur retour à la Maison de la Nuit puis une nouvelle fuite de cette dernière pour rallier l'abbaye des sœurs afin de nous offrir la petite bataille 'finale' de ce tome. Une bataille qui sera davantage une manche entre les deux camps plus qu'autre chose.

L'univers se voit également approfondi dans certains points. On revient quelque peu sur la notion d'empreinte mais aussi et surtout sur la condition de vampire 'rouge'. Ces derniers sont une nouveauté apparu récemment, aussi bien pour nous lecteur que pour les personnages de l'univers. Mais autant on nous informe un peu mieux sur ce qu'ils sont, mais pourtant on sent que l'on va en apprendre encore pas mal à l'avenir. Mon petit doigt me dit que l'on a pas fini entre parler d'eux.

Concernant les personnages, peu de nouveaux au programme cette fois-ci. La petite bande que l'on suit depuis le début de la saga n'a que peu évolué. C'est davantage les liens entre les uns et les autres qui vont pas mal évolué parfois en bien et parfois non. Je déplore hélas une fois de plus le polygone amoureux dans lequel s'imbrique Zoey et qui se complique la vie de tome en tome. A ce jours, on est à 4 prétendants pour la demoiselle, presque un nouveau par tome... y a pas un moment où il faudrait se calmer ? Parce que à ce rythme, je sens venir une fin en queue de poisson de ce côté là.
J'ai dit qu'il y avait peu de nouveauté niveau personnage dans cet opus... et je n'ai pas totalement raison. Nous allons, en effet, rencontrer de nouveaux protagonistes au sein des vampires rouges. Lucy, leur quasi-leader, a su s'entourer de camarades semblables à ce qu'elle est devenue. On commence à tout juste les discerner mais pour autant sans apprendre grand chose à leur sujet. Cependant, je pense qu'ils ont du potentiel et j'espère de tout cœur que ce sera exploité prochainement.

Le style d'écriture est toujours aussi agréable à lire. Il est plutôt simple, mais sans pour autant être trop marqué jeunesse. L'écriture à quatre mains est plutôt réussi dans la mesure où le récit reste égal tout au long du roman.


Un tome qui se situe dans la lignée des précédent mais qui arrive à nous faire raccroché malgré tout. Un intrigue qui se termine avec une bonne petite mise en bouche de la bataille Zoey/Kalona & Neferet. Un univers qui s'étoffe. Des personnages peu changeants. Un style d'écriture qui colle parfaitement au récit.

04/09/2015

Deux Soeurs pour un Roi (Tudor Court, Tome 2) - Philippa Gregory

Titre VO : The Other Boleyn Girl (Tudor Court, #02)
Titre VF : Deux Sœurs pour un Roi
Éditeur : L'Archipel, Archipoche 
1ère Edition : 2001 (VO) - 2008
Genre : Historique, Romance
Pages : 600


1. The Constant Princess || 2. Deux Sœurs pour un Roi || 3. L'Héritage Boleyn || 4. The Taming of the Queen || 5. The Queen's Fool || 6. The Virgin's Lover || 7. The Other Queen.
Série en cours.
Note : Les tomes peuvent se lire indépendamment les uns des autres. L'ordre ci-dessus est celui qui se base sur la chronologie de l'époque.

ADAPTATION - Film : Deux Sœurs pour un Roi (2008).


"Je serai sombre, française, à la mode et difficile ; vous serez douce, ouverte, anglaise et belle. Quelle paire nous formerons ! Quel homme pourra nous résister ? " Tels sont les premiers mots prononcés par Anne Boleyn à l'endroit de sa sœur Marie quand elle la rejoint, en 1522, à la cour d'Angleterre. Introduite au palais de Westminster, à l'âge de 14 ans, Marie Boleyn séduit le roi Henri VIII auquel elle donnera deux enfants. D'abord éblouie par le souverain, elle comprend qu'elle sert d'appât au milieu des complots dynastiques. Quand l'intérêt du roi pour elle s'émousse, Anne est chargée de le séduire à son tour. Désir, haine, ambitions, trahisons. Se déroulant sur quinze ans, cette fresque historique, racontée à la première personne par Marie Boleyn, dépeint les rivalités au sein de la dynastie des Tudor. Une histoire qui se terminera dans le sang.


Deux Sœurs pour un Roi est un titre qui traînait dans ma PAL depuis des années. En effet, après avoir vu l'adaptation en film, j'ai voulu me plonger dans ce roman, chose que j'ai traînait jusqu'à aujourd'hui.
Ce roman se déroulant sur quinze année nous propose de suivre l'ascension des filles de la famille Boleyn jusqu'au plus haute sphère mais aussi leur déchéance.

L'histoire nous est raconté du point de vue de Marie Boleyn, la cadette des deux sœurs. Cette dernière arrive à la cour de Henri VIII à ses quinze ans. Elle va bien vite attirer l'attention du Roi, une position dont sa famille compte bien profiter. C'est sans aucun scrupules que ces derniers la pousse dans les bras du souverain à qui elle donnera deux enfants dont un fils, chose que son épouse légitime la Reine Catherine n'a jamais pu lui offrir. Mais l’intérêt du Roi pour Marie va bien vite décroître au profit de sa sœur aînée : Anne, de retour de France. Afin d'assurer la fortune de sa famille, la jeune femme va jouer un bon moment au jeu du chat et de la souris avec le souverain avant qu'un mariage ne se fasse... et que l'avenir d'Anne semble compromis.
Je connaissais déjà une bonne partie de cette intrigue du fait d'avoir visionner plusieurs adaptations de cet épisode historique, aussi bien le film issu de ce roman, comme la série télévisée des Tudors, que j'avais apprécié tout deux. J'ai beaucoup aimé découvrir cette histoire depuis l'intérieur grâce au point de vue de Marie, une héroïne que plutôt agréable et qui garde néanmoins les pieds sur terre à mesure que l'histoire avance. On est au courant des même éléments que cette jeune demoiselle et je me suis prise à essayer de deviner certains aspects de cette histoire via les petits indices qu'elle nous laisse concernant ce qu'il se passe loin d'elle.
Ce titre nous offre également une bonne découverte de la culture et des traditions de cette époque : on y voit les femmes considérés comme de simple outils afin de parvenir à ses fins sans se soucier de ce qu'elle pense ou même désire. Les familles n'hésitent pas à prostituer leurs filles de manière consciente si cela peut leur apporter un petit quelque chose en plus (un titre, une poignée de terres...) On y découvre également d'une certaine manière comment la société se constituait à l'époque : gravitant autour du Roi qui se considère comme une incarnation toute puissante qui ne se laisse pas dicter sa loi, y compris par la religion qu'il pratique depuis des années. On notera également que certains coutumes nous font dire que finalement même si l'on rêve de vivre dans un autre époque, la notre n'est finalement pas si mal quand on voit par exemple tout ce qui touche à la naissance d'un enfant. Il faut dire que les moyens de l'époque étaient assez limités, je dois avouer que j'en ai même frémit à certains moments.

Les personnages que l'on suit tout au long de cette histoire m'ont bien plu.
Utilisée comme un outil par sa famille, Marie n'aspire qu'à une seule chose : vivre une vie paisible loin de la cour et de toutes ses manières. Elle sera le personnage le plus humain de tout le roman et étrangement celle qui s'en tirera le mieux malgré les liens qu'elle aura avec le pouvoir (mère du seul enfant mâle du Roi, ce n'est pas rien). Son principal ennemi tout au long du roman sera sa sœur qui, de part son égoïsme à toute épreuve, s'appropriera tout ce que Marie possède et utilisant sa cadette selon son bon vouloir. Ainsi, une certaines rivalité sera bien visible entre les deux sœurs malgré toutes les concessions que Marie pourra faire pour Anne, concessions qu'elle fera néanmoins par amour pour sa famille.
Anne de son côté est une jeune femme ambitieuse, à l'image de sa famille, et ça se voit. Elle se comporte de manière hautaine voire snob durant chacune de ses apparitions... ou presque. En effet, il est important de noter qu'elle nous révélera sa fragilité et ses doutes durant quelques scènes où elle se remettra enfin à question. Dans sa quête d'ascension, Anne est prête à tout et fera preuve d'une montagne d'égoïsme aussi bien envers ses ennemis qu'envers ses alliés : sa preuve en est lorsqu'elle s'approprie le fils de sa sœur pour en faire le sien sans considéré à aucun moment ce qu'en pense Marie. Ça a d'ailleurs été une scène qui m'a fait détesté Anne et pour le coup, lorsque sa situation se dégradait je l'ai moins prise en pitié que je ne l'aurai cru.
Autour de ces deux sœurs vont graviter leur proche mais également les membres de la cour. Certains voyant leur destin radicalement changé au cours de l'histoire et des choix fait par Marie mais surtout par Anne :
- Henri VIII, c'est sont envie d'avoir un fils qui finira par le perdre. Il deviendra de plus en plus exigeant envers les femmes qu'il va côtoyer dont il changera rapidement. Et lorsque l'Eglise n'ira pas dans le sens qu'il veut, il n'hésitera pas à passer outre. Un Roi prêt à tout pour s'assurer une place dans l'avenir.
- La Reine Catherine, mariée au frère d'Henri elle va épouser ce dernier en 'compensation' à la mort de son premier époux. C'est une très belle Reine et très fière qui va subir le courroux d'Anne qui voit en elle un obstacle. Mais Catherine n'est au fond qu'une femme délaissé par son époux qu'elle ne sait comment conserver vis-à-vis de ses attentes. Elle a su beaucoup me toucher, surtout de par sa dignité qu'elle essai de conserver malgré tout les coup du sort qui vont s'acharner sur elle.
- Les membres de la famille Boleyn ne seront pas laissé en reste. Ils sont avides de pouvoir et de richesse. Ils sont prêt à tout pour parvenir à leur fin poussant leurs enfants dans des situations qui leur coûteront beaucoup. Mais dès lors que leurs plans vont commencer à s'effondrer, ils nieront toutes implications dans les décisions prises par leurs 'pions'.
On notera également des personnages un peu plus tertiaire qui vont apporter par moment un petit plus à cette histoire afin de mieux comprendre les choix des personnages précédents. Mais rien de forcément très notable.

Enfin, le style de l'auteur est très agréable à lire. Plus même que ce que je pensais au départ. En effet, le titre a beau être assez dense, il n'est reste pas moins raconté de manière accessible et simple. De ce fait, on a aucun mal à s'immerger dans l’histoire. Ce qui a su également beaucoup me plaire c'est le choix de découpe de l'histoire. Ce roman ne comporte aucun chapitre à proprement parler mais l'histoire est découper en fonction du temps qui passe. Ainsi, chaque saison correspond à un chapitre nous permettant de bien visualiser le temps qui passe dans cette histoire. Ces 'chapitres' étant par ailleurs découpées en petites parties de tailles variables correspondant chacune à un élément ou à un moment bien précis dans la vie des personnages.
Cependant, il est important de noter que le côté réaliste du roman que nous propose Philippa Gregory n'est peut-être pas fidèle à 100% d'après certains historiens. Pour en savoir plu sur cette période, n'hésitez pas à vous renseigner avec des ouvrages un peu plus précis.


Une intrigue prenante raconté d'une manière accessible à tous. Beaucoup de découvertes concernant les habitudes de l'époque et de la cour. Des personnages que l'on adore ou déteste en fonction de leurs choix.